cornwellbernardhistoirecornwellbernardhistoire1cornwellbernardhistoire2epee2007coverfrencheboo

Trahi par son oncle qui usurpera son titre, Uthred n'a que neuf ans quand il devient comte, à la mort de son père. Mais les Vikings qui ont massacré sa famille et pillé la terre de ses ancêtres l'adopteront et il deviendra l'un d'eux. Ecartelé entre un peuple d'adoption et son royaume d'origine, Uthred devra faire un choix déchirant : pourra-t-il bouter hors d'Angleterre ceux qui l'ont aimé comme un fils ? Une forteresse humide, surplombant des marais brumeux : voilà à quoi se résume le royaume d’Angleterre en cette année 878. Le roi Alfred, sa suite, une étrange sorcière et quelques fidèles soldats se sont réfugiés là pour échapper aux Vikings qui contrôlent les routes et les mers. Le souverain assiégé croit encore à la possibilité de sauver son pays (le Wessex), mais a bien besoin d’un guerrier intrépide : il convoque le comte Uthred, vingt ans à peine. Un royaume viking au nord, un royaume saxon au sud : voilà à quoi ressemble l'Angleterre en cette année 885 quand des mercenaires s'emparent de Londres afin de contrôler la Tamise, menaçant ainsi l'équilibre fragile de la paix. Alfred, le roi des Saxons, convoque aussitôt son plus valeureux seigneur, le comte Uthred, et le charge de reconquérir la ville. Car Uthred a grandi parmi les Vikings, parle leur langue et adore leurs dieux et sait mener leurs drakkars.

Ces trois volumes de Bernard Cornwell ont été pour moi une découverte : ce sont d'excellents romans d'aventure guerrière "plein de bruits et de fureur", mais surtout, ils m'ont permis d'entrevoir l'histoire troublée de l'ile britannique et le rôle qu'y tiennent les vikings bien au delà des seules razzias, auxquelles on les réduits souvent. On y découvre la complexité du rapport entre les groupes (bretons, gallois, danois...) qui s'allient ou s'opposent au gré des opportunités de pillages ou de conquête. A travers la personnalité du roi Alfred (846/849-899)on voit se dessiner une première tentative d'unification territoriale de ce qui deviendra la Grande Bretagne, décrite sans anachronisme (aucun "patriotisme" avant l'heure, on est clairement dans un monde féodal). L'autre aspect interessant et fort bien décrit est l'influence grandissante de la religion chrétienne y compris chez les danois...J'ai vu récemment un documentaire sur le passé danois (viking) de la ville d'York (où ont été retrouvé d'importants restes archéologiques datant de cette époque), documentaire qui a pris une dimension nouvelle après cette lecture. A quand un romancier français capable de décrire ainsi la complexité du Moyen age et la superposition des cultures et des groupes qui forment aujourd'hui "la France" (loin des discours débiles sur "l'identité française")?